Regards croisés : Sarah et Laura racontent leur expérience avec le Club Booster de notre cabinet

Regards croisés : Sarah et Laura racontent leur expérience avec le Club Booster de notre cabinet

Après 20 ans passés dans le même environnement professionnel, Sarah a profité du congé de
reclassement proposé par son employeur pour évoluer professionnellement en changeant de poste.
Elle a été accompagnée dans sa transition par Laura Mazzetta, consultante chez Alixio Mobilité Île-de-France. Après 4 mois d’accompagnement individuel, le projet professionnel de Sarah était bien avancé,
son CV était prêt, son profil LinkedIn aussi, elle avait passé quelques entretiens, mais elle avait la
sensation qu’il lui manquait quelque chose pour mener à bien son projet professionnel… Sa
consultante a compris qu’elle avait simplement besoin de la force du collectif. Elle lui a donc proposé
de rejoindre le Club Booster.

Sarah a été accompagnée par Laura dans sa transition professionnelle et a participé au Club Booster.

Sarah P.

Directrice Marketing et commerciale
dans une entreprise de transports publics

« Pour un candidat, le Club Booster ne peut être qu’une bonne expérience. La recherche d’emploi s’apparente à un marathon. Même si on est bien préparé, c’est plus simple de faire la course en groupe pour garder le rythme et s’encourager mutuellement»

Qu’est-ce que le Club Booster ?

Le Club Booster est un groupe de co-développement professionnel, complémentaire au coaching
individuel, dont le but est de booster la recherche d’emploi et sortir de l’isolement, en mobilisant la
force et la bienveillance de l’intelligence collective. Pour ce faire, les candidats se retrouvent une demijournée toutes les 2 semaines et ce durant 4 mois. Il s’agit de petits groupes de 8 personnes,
sélectionnées au préalable, pour garantir des promotions homogènes avec des membres au même
état d’avancement dans leur recherche.

Notre collaboratrice accompagnée et notre consultante dévoilent les bénéfices du Club Booster pour
une recherche d’emploi efficiente.

Un Club pour booster sa recherche d’emploi

Pourquoi le Club Booster ?

Sarah, candidate accompagnée : « Je ne voulais plus rester seule dans cette période de grands
changements et de remise en question. Je perdais mes repères et j’avais besoin d’être entourée de
personnes qui vivaient la même chose que moi et qui pouvaient me comprendre. J’avais la sensation
d’avoir énormément travaillé sur mon projet avec ma consultante, mais j’avais besoin d’un nouveau
regard sur ma recherche, bénéficier du partage d’expériences des autres. »

Laura, sa consultante en mobilité : « Sarah maitrisait tous les outils de la recherche d’emploi, j’étais
arrivée au bout de ce que je pouvais lui apporter seule. A ce stade, elle avait besoin d’un coup de pouce
extérieur, du point de vue de personnes dans sa situation. En parallèle, j’ai pensé que le Club Booster
serait aussi l’occasion pour elle, de développer ses compétences à l’oral et de gagner en confiance
pour s’exprimer en public. »

Quels changements apportés par le Club Booster dans les démarches de recherche
d’emploi ?

Sarah : « J’ai d’abord été impressionnée de voir ce que chacun mettait en œuvre dans sa recherche, et
cela a eu pour effet de booster ma motivation ! J’ai aussi eu la sensation d’ancrer dans le réel tous les
apprentissages acquis au cours de ces mois de préparation, notamment au travers des conseils que j’ai
pu partager avec les autres membres du Club. J’ai eu un immense soutien de la part des autres
candidats, et j’ai appris à véritablement prendre du recul sur ma recherche. »

Laura : « J’ai senti Sarah bien plus à l’aise pour parler d’elle, ce qui ne peut être que bénéfique lors
d’une recherche d’emploi. Elle a aussi pu poser définitivement son projet professionnel et valider les
postes visés lors de ses recherches. Cela l’a également aidée à décrocher plus d’entretiens. »

Quel a été le résultat final ?

Sarah a trouvé un poste de Directrice Marketing et Commerciale au sein d’une grande entreprise de
transports publics quelques mois après son expérience au sein du Club Booster. « Le Club Booster a
donné du rythme à ma recherche : j’ai pris conscience que je devais multiplier les initiatives et ne
jamais tout arrêter dans l’attente d’une réponse. Le Club Booster m’a permis de progresser dans ma
recherche et de prendre confiance en moi. »

Qu’avez-vous particulièrement apprécié dans le Club Booster ?

Sarah : « J’ai beaucoup apprécié la séance consacrée au concept de réfléchir à trois solutions pour
résoudre un problème. Cela permet de relativiser, de prendre du recul et de se rendre compte qu’on
a encore de la marge. »

Laura : « Le fait que les groupes soient composés de personnes ayant le même statut est très
intéressant, c’est ce qui a permis à ma collaboratrice de comprendre que le chemin peut parfois être
long, mais qu’il finit toujours par aboutir. Elle pouvait s’identifier aux profils qu’elle a rencontrés et
cela l’a aidée à garder la motivation. »

Recommanderiez-vous le Club Booster ?

Sarah : « Oui ! Pour un candidat, ça ne peut être qu’une bonne expérience, à condition qu’il soit déjà
bien avancé dans sa réflexion et en recherche active. La recherche d’emploi s’apparente à un
marathon. Même si on est bien préparé, c’est plus simple de faire la course en groupe pour garder le
rythme et s’encourager mutuellement. »

Laura : « Absolument ! C’est un outil complémentaire à notre accompagnement individuel, qui permet
au candidat de se sentir entouré et compris par ses pairs. Je recommande aux consultants qui ont
l’impression d’arriver au bout de ce que permet l’accompagnement individuel de proposer ce dispositif
à leurs collaborateurs accompagnés. »

Un mot pour terminer ?

Sarah : « Merci pour l’animation du Club Booster qui m’a permis de bien tenir dans la durée pendant
cette période de recherche de poste. »

Laura : « Jean-Paul Sartre disait « Tous les moyens sont bons quand ils sont efficaces. » Alors n’hésitez
pas à multiplier vos ressources et à profiter de ce genre de dispositifs lorsqu’ils sont adaptés à votre
situation ! »

Candidate accompagnée et conseillée par Laura Mazzetta, Consultante en mobilité professionnelle chez Alixio Mobilité Île-de-France.

La reconversion d’un responsable syndical : un défi réussi pour Rémi Aufrere Privel !

La reconversion d’un responsable syndical : un défi réussi pour Rémi Aufrere Privel !

Rémi Aufrere Privel, en détachement pour activités syndicales nationales et internationales en tant que Membre du Bureau Fédéral FGTE-CFDT, a été accompagné par Alixio Mobilité dans son souhait de quitter ses mandats pour une reconversion de responsable syndical vers un nouveau poste en interne.

De syndicaliste à salarié, récit d’un cheminement.

Rémi Aufrere Privel

De Secrétaire adjoint, Membre du Bureau Fédéral FGTE-CFDT

à Responsable Pilotage Réseaux et Insertion TIG (Délégation Lien Social et Territoires)

« Tout comme vous ne faites pas du « syndicalisme pour vous-même », vous devez comprendre la « demande employeur » pour vous adapter tout en respectant et en valorisant votre personnalité.

Ainsi commence le challenge de la reconversion !»

Reconversion de responsable syndical : une reconversion avant tout

L’engagement syndical est un acte fort et prenant qui a guidé toute la carrière de Rémi Aufrere Privel. Détaché pour activités syndicales en tant que Membre du Bureau Fédéral FGTE-CFDT, il a souhaité s’orienter vers une reconversion en 2020 en évoluant sur un poste en interne dans son entreprise d’origine. Bénéficiant de l’accompagnement spécifique d’Alixio Mobilité, Rémi Aufrere Privel s’est prêté à l’exercice de l’identification de ses forces et de ses difficultés pour appréhender la construction d’un CV personnalisé et pertinent avec le marché souhaité :

« Pour ma part, porté budgétairement par la DRH groupe, j’ai bénéficié de l’accompagnement du cabinet Alixio Mobilité avec Catherine Bousquet comme conseillère. Elle s’est révélée très expérimentée, à l’écoute et particulièrement pédagogue. Sa première tâche fut de faire le point avec moi sur mes compétences et connaissances acquises durant ces 27 années hors de la «production classique», de me faire travailler à analyser et comprendre mes atouts et difficultés, mais aussi mes appétences. Tout ce travail avait pour objectif de construire des CV répondant à des offres de postes réels et/ou potentiels existant dans l’entreprise. »

« La question de la valorisation se pose frontalement à vous. Comment noter et faire remarquer vos nouvelles compétences managériales (direction d’équipe), organisationnelles (colloques, rencontres diverses…), de gestion financière et budgétaire, en matière de communication (médias locaux, régionaux, nationaux, voire étrangers), vos capacités de négociations, de présentations et analyses des enjeux, de définition et conceptualisation de stratégies en tout genre ?
C’est à partir de cette phase personnelle, avec le consultant, que se construisent progressivement des éléments analytiques permettant de constituer des CV professionnels pour chaque poste envisagé.

Passer d’un cheminement à un chemin

En décidant d’opérer une reconversion Rémi Aufrere Privel ne pouvait passer outre ce passage obligatoire d’introspection pour définir ses attentes, objectifs, mais aussi faire le point sur une autre réalité, celle du marché du travail et de l’entreprise visée, du regard qu’elle porte sur la carrière d’un responsable syndical et du rôle que celui-ci peut prendre sur un nouveau poste.

 » Ce travail introspectif est chronophage. Il est essentiel. Il oblige le candidat à regarder son cheminement, à travailler non sur ce qu’il lui semble plaisant ou important par rapport à lui-même, mais au contraire sur ce qui peut ou pourrait être un atout différenciant pour obtenir le poste envisagé. Ne faites pas le rêve de croire que l’entreprise va créer un poste « pour vous ». Vous courrez le risque de la déception.
Tout comme vous ne faites pas du « syndicalisme pour vous-même », vous devez comprendre la « demande employeur » pour vous adapter tout en respectant et en valorisant votre personnalité. Ainsi commence le challenge de la reconversion.« 

Prise de poste, l’action derrière la reconversion !

« La volonté de construire une équipe DESTE avec des cheminots aux profils très diversifiés, la dynamique managériale très stimulante du Directeur Général de cette nouvelle direction, une connaissance du relationnel public et politique et des caractères affirmés composant cette équipe m’ont conduit à répondre positivement et avec plaisir à l’offre que m’a faite le créateur de cette direction. » 

C’est ainsi que Rémi Aufrere Privel a intégré, le 1er juillet 2020, le poste de « Responsable de l’animation du réseau national des managers de l’engagement sociétal et de chargé de mission Insertion » au sein de la délégation « Lien Social et Territoires » à la DESTE. 

Avec une prise de poste en pleine crise Covid, le responsable syndical s’est trouvé face à des bureaux vides, sans passation de dossiers. Ce qui aurait pu être un élément plutôt déstabilisant s’est trouvé être pour lui un atout :  » Après plus d’un quart de siècle en dehors d’une ligne hiérarchique trop prégnante, je n’aurais sans doute pas eu autant de plaisir à comprendre les dossiers. Et j’ai eu la chance de prendre mes responsabilités en simultané avec une autre collègue en charge de la coopération territoriale.
Les circonstances de la crise sanitaire mondiale m’ont permis de prendre le temps utile pour découvrir les nombreux sujets avec un premier état d’appréciation personnel et pragmatique me concernant : éviter de réécrire ce qui avait déjà été écrit, et de refaire ce qui avait été déjà bien fait par mes prédécesseurs. »

Reconversion d’un responsable syndical : quel regard après avoir opéré cette transition ?

« Si mon parcours comporte des évènements strictement personnels, il recouvre aussi les aléas et les difficultés rencontrés par d’autres collègues syndicalistes avec lesquels j’ai pu échanger, quelles que soient leurs appartenances syndicales, leur IRP, leurs responsabilités et leurs métiers. Au final, j’en retiens que la devise de l’entreprise nécessite le mode « agile » et l’obligation d’être à l’écoute de toutes les parties prenantes. Pour agir ensemble. »

Pour conclure, avec le recul, Rémi Aufrere Privel insiste sur 2 points qu’il a pu traverser et qu’il pourrait être bon de mettre en avant pour d’autres représentants syndicaux en reconversion :

  • Les modifications d’organisations et des restructurations internes sont l’occasion de nouvelles opportunités, même si le syndicaliste que vous restez (en esprit) n’est pas toujours en plein accord avec certaines mesures managériales.
  • L’entreprise vous considèrera comme n’importe quel autre candidat. Vous devrez adopter la logique d’une procédure d’embauche classique et vous mettre en situation professionnelle normale avec motivation et humilité !

Candidat accompagné et conseillé par Catherine Bousquet, Consultante RH Alixio Mobilité en Ile-de-France.

Témoignage de Gaëlle, coureuse de fond, accompagnée par Alixio Mobilité dans sa transition de carrière

Témoignage de Gaëlle, coureuse de fond, accompagnée par Alixio Mobilité dans sa transition de carrière

Coordinatrice valorisation des engagements RSE Direction Client & Communication dans une entreprise de l’aviation, Gaëlle a profité du plan de départ volontaire proposé par son employeur pour donner un nouveau souffle à sa carrière. Accompagnée par Alixio Mobilité Ile-de-France dans sa transition professionnelle, elle revient sur son expérience avec notre cabinet.

« Tout au long de ma transition de carrière, je me suis préparée comme j’aurais pu le faire pour un marathon, sans jamais perdre de vue mon objectif final : retrouver un emploi plein de sens. »

Un parcours de recherche synonyme d’un marathon

Amatrice de course à pied, Gaëlle a rapidement constaté beaucoup de similitudes entre le défi de relever un challenge sportif et un challenge professionnel. Tout au long de sa transition de carrière, elle s’est préparée comme elle aurait pu le faire pour un marathon, sans jamais perdre de vue son objectif final : trouver un emploi plein de sens.

Avant de prendre la décision de bénéficier du PDV proposé par son entreprise, Gaëlle a d’abord effectué un bilan de compétences. « Je voulais être en confiance avant de me lancer dans cette aventure professionnelle. Comme l’aurait permis un bilan de santé avant d’effectuer un marathon, cette prise de hauteur m’a aidée à faire le point ». Ce bilan lui a permis d’avoir une vision claire de ses atouts et de ses forces, ainsi que de confirmer qu’elle souhaitait se spécialiser dans l’expérience client.

A l’issue de ce bilan, et après avoir confirmé que l’accompagnement proposé par Alixio Mobilité lui permettait de suivre un cursus de formation certifiante en Marketing Digital pour consolider ses connaissances, Gaëlle a accepté le plan de départ de son employeur et a été mise en relation avec notre cabinet pour l’accompagner dans sa mobilité professionnelle. Comme toute marathonienne, elle s’est imposée une certaine discipline pour garder le rythme et ne pas baisser de régime durant son congé de reclassement. « L’emploi du temps que je me suis fixée m’a permis de ne pas m’éparpiller et de restée concentrée sur mon objectif. »

Après plusieurs semaines de recherche d’emploi, notre collaboratrice accompagnée a commencé à s’essouffler. « Cette période a été complexe à gérer. Je l’ai vécue comme l’équivalent du « mur » dans un marathon : Au KM 32, le corps et l’esprit sont fatigués, et il faut alors puiser dans ses propres ressources pour atteindre la ligne d’arrivée ». Dans sa recherche d’emploi, cela s’est manifesté par un sentiment de doute quant à son profil et ses outils. « J’avais peu de pistes et le ratio « nombre de candidatures envoyées/retour positif » était décourageant. Comme dans un marathon, des questions telles que « pourquoi me suis-je lancée dans ce projet ? Vais-je y arriver ? » m’ont traversé l’esprit. J’ai donc décidé de ralentir la cadence. Tout comme au KM 32, où l’on ralentit un peu pour pouvoir récupérer. » Gaëlle a fait une pause pour retravailler sa boîte à outils (CV, pitch, lettre de motivation…), qu’elle a pu perfectionner grâce aux conseils de ses consultantes Alixio Mobilité.

A ce moment, elle a intégré le Club Booster d’Alixio Mobilité Ile-de-France : un groupe de 8 personnes accompagnées par le cabinet, qui allait se réunir une ½ journée tous les 15 jours pendant 4 mois. L’objectif : permettre à chacun de booster sa recherche d’emploi et sortir de l’isolement en mobilisant la force et la bienveillance de l’intelligence collective. « Ce Club ne pouvait pas mieux tomber ! Il m’a reboostée et m’a permis de repartir de plus belle ! ».

La fierté de franchir la ligne d’arrivée

Grâce aux échanges et aux conseils transmis durant les sessions du Club Booster, Gaëlle a pu optimiser sa recherche d’emploi, ne pas baisser les bras et avancer dans la bonne direction. Deux mois après avoir intégré ce Club, elle a reçu une proposition d’embauche qu’elle a acceptée.

C’est ainsi qu’en mai dernier, notre collaboratrice accompagnée a rejoint le service marketing d’une entreprise de transport, en tant que Responsable expérience client à l’international. « Comme à l’arrivée d’un marathon, cela a été une joie et une délivrance. Mais plus qu’un couronnement, j’étais surtout très fière d’avoir osé quitter mon ancienne société. Durant toute la course vers l’emploi, je me suis rappelée le courage dont j’avais fait preuve pour avoir pris cette décision. Je ne savais pas comment cette aventure allait se terminer. J’ai même cru à certains moments que je ne retrouverais pas d’emploi, tout comme lors d’un marathon, où l’on pense parfois ne pas être capable d’atteindre la ligne d’arrivée. Mais cette course de fond en valait la peine ! Ce sentiment de fierté d’avoir participé à cette aventure m’a rendue plus forte. A cet instant, j’ai compris que tout était possible et que j’avais la force de pouvoir me réinventer, quoi qu’il arrive. Comme le dit si bien une devise de Nelson Mandela : Je ne perds jamais. Sois je gagne, soit j’apprends. »

Des conseils pour les personnes actuellement accompagnées par Alixio Mobilité ?

– Profitez des outils transmis Alixio Mobilité et de l’intelligence collective qui émane du Club Booster. C’est une vraie force pour se sentir légitime et en confiance.

– Ayez une bonne dose d’audace et ne craignez pas de solliciter votre réseau et de distribuer des cartes de visite dans les salons d’emploi

– Imposez-vous une discipline dans votre emploi du temps hebdomadaire pour ne pas vous éparpiller dans votre transition de carrière

– Et surtout, n’oubliez pas que vous êtes FORMIDABLES d’avoir osé tenter l’aventure !

Un mot pour conclure ?

« Je remercie mes deux consultantes Alixio Mobilité, Stéphanie et Véronique , qui m’ont soutenue dans les moments de doute et qui m’ont aidée à atteindre la ligne d’arrivée. Sans elles, cela n’aurait pas été possible ! »

Candidate accompagnée et conseillée dans sa transition de carrière par Stéphanie BRANDIBAS et Véronique HOUETTE LIGER, Consultantes en mobilité professionnelle chez Alixio Mobilité Ile-de-France.

PSE et accompagnement collectif : le témoignage de Sandra Charvet

PSE et accompagnement collectif : le témoignage de Sandra Charvet

Après des années d’expérience en tant que Chef de secteur Relation Client, Sandra Charvet, a bénéficié d’un double accompagnement collectif et individuel avec les équipes Alixio Mobilité en Ile-de-France, via le dispositif Tremplin !

Sandra Charvet

De Chef de secteur Relation Client en grande surface de bricolage
à Responsable clientèle, manager de 90 personnes et membre du CODIR

Le fait d’appartenir à un groupe et cette dynamique positive ont été boostant et le plaisir de voir des personnes retrouver du travail était rassurant et encourageant.

L’accompagnement individuel pour définir son projet

Chef de secteur depuis de nombreuses années dans une grande surface de bricolage, Sandra a profité de la phase de Départ Volontaire du PSE de son entreprise pour choisir la voie d’un changement de poste et de responsabilité en externe. Elle a donc été accompagnée par les équipes Alixio Mobilité en Ile-de-France pour définir son projet professionnel dans le cadre d’un suivi individuel. Les rendez-vous réguliers ont eu pour objectif d’affiner la construction de son projet : « Ma consultante m’a mise dans une démarche d’appréhension du marché : quels étaient les profils recherchés et les compétences attendues, les secteurs d’activité et les entreprises en recrutement ? » explique Sandra. Ce travail lui a permis de travailler sur son CV, de mettre en évidence ses compétences et de souligner son appétence pour les RH.

Les ateliers proposés autour du Pitch, des réalisations probantes et de la rémunération l’ont également aidée à structurer son discours, à valoriser ses projets et à défendre le niveau de rémunération qu’elle souhaitait obtenir.

« L’accompagnement de ma consultante m’a permis de souligner mes qualités, mes compétences et de gagner en confiance sur ma valeur et sur le fait que j’avais une place sur le marché de l’emploi. Sa bienveillance et ses retours positifs m’ont fait beaucoup de bien. »

Un accompagnement collectif pour s’entre-aider

En parallèle de son accompagnement individuel, Sandra a bénéficié du dispositif Tremplin. Un accompagnement collectif à la mobilité professionnelle qui permet de créer un véritable groupe d’échange. « J’avais besoin de rencontrer du monde, des environnements différents », c’est à partir de ce besoin que Sandra a intégré le dispositif Tremplin.

Un accompagnement collectif permet l’échange au sein d’un groupe, au-delà du principe d’atelier, il s’agit véritablement d’avancer ensemble, de s’entre-aider, de se pousser. Le groupe se réunit donc à intervalle régulier pour rythmer les démarches de chacun et permettre de rendre compte de l’avancée de celles-ci au collectif :  » J’ai aimé aussi la bienveillance du groupe et pouvoir partager avec un collectif quand cela n’allait pas bien. L’échange avec le collectif en termes d’astuces, de bonnes pratiques et d’outils a été riche et porteur. Le fait d’appartenir à un groupe et cette dynamique positive ont été boostant et le plaisir de voir des personnes retrouver du travail était rassurant et encourageant. Les deux accompagnements ont été complémentaires. »

Un projet qui se construit et s’adapte au contact des experts et du groupe d’accompagnement collectif

Lorsque Sandra profite de la phase de Départ Volontaire c’est initialement pour se tourner vers le métier des Ressources Humaines. Mais avec un profil et des expériences probantes dans la Relation client et la grande distribution, les retours de ses premières candidatures sur des postes RH la poussent à remettre en question son projet avec sa consultante Mobilité.

« Après réflexion, j’ai identifié que mon métier en relation clients me plaisait beaucoup, mais que je souhaitais l’exercer au sein d’une plus grosse équipe, d’une enseigne structurée et dimensionnée pour faciliter une évolution interne. Je voulais aussi découvrir un autre univers que le monde du bricolage. » Sandra a donc perfectionné son expertise par une formation complémentaire à la suite de son accompagnement individuel.

« Forte de ma formation, j’ai valorisé mes nouvelles compétences et mon appétence pour les RH dans mon pitch pour appuyer mon expertise en tant que manager et donner une cohérence à l’évolution que je souhaitais donner à ma trajectoire dans l’avenir, à savoir évoluer vers un poste d’avantage tourné vers les Ressources Humaines. »

Résultats ? Aujourd’hui, Sandra est Responsable clientèle dans la grande distribution, elle manage une équipe de 90 personnes, travaille en étroite collaboration avec la Responsable des Ressources Humaines et occupe un statut de Cadre du Comité de Direction de l’enseigne. Elle souhaite évoluer en interne, d’ici à 5 ans, vers un poste dans les Ressources Humaines.

Candidate accompagnée et conseillée par Frédérique Lefebvre, Consultante mobilité professionnelle et Tessadit Mette, Coordinatrice régionale, Alixio Mobilité Ile-de-France.

Portrait de collaboratrice : Géraldine Duizabo, reconversion de consultante mobilité en Ile-de-France

Portrait de collaboratrice : Géraldine Duizabo, reconversion de consultante mobilité en Ile-de-France

Les belles histoires de reconversion des collaborateurs accompagnés en cachent parfois d’autres…. Rencontre avec Géraldine Duizabo, d’une carrière de 15 ans dans la communication à une reconversion de consultante mobilité en Ile-de-France !

Géraldine Duizabo

Consultante en mobilité professionnelle chez Alixio Mobilité Ile-de-France

Quand j’ai intégré Alixio Mobilité en 2019, je me suis tout de suite dit  » Je suis enfin à ma place, j’ai fait le bon choix de reconversion »

De communicante à coach

Le parcours de Géraldine se décompose en 2 grandes parties, différentes mais pas opposées pour autant ! Dans la première partie de sa carrière, elle s’investit pleinement dans le monde de la communication en travaillant dans des agences de communication puis directement chez l’annonceur, en tant que Responsable communication et marque, notamment pour une banque en ligne. Elle s’occupe de la stratégie de communication média pour faire gagner son entreprise en notoriété et améliorer son image de marque afin de générer du business.

« À un moment, j’ai pris un peu de recul pour faire un diagnostic de mes envies, de mon état d’esprit, de mes valeurs et un warning s’est déclenché : j’avais envie de capitaliser sur ce que j’aime, les relations humaines. C’est là que je me suis dit qu’il fallait que j’opère une transition de carrière. »

Géraldine a donc repris le chemin universitaire pendant un peu plus d’un an pour passer une certification de coaching, puis à continuer de se former au codéveloppement et à la formation durant deux ans, en parallèle de sa pratique du coaching en tant qu’indépendante. L’objectif ? Pouvoir répondre aux différents besoins individuels et collectifs, accompagner les transformations, transmettre la théorie, redynamiser les équipes, bref répondre à un large panel de besoins en entreprise.

Coup de cœur pour le métier de Consultant.e mobilité professionnelle

Après une expérience de coach en indépendante, Géraldine a ressenti le besoin d’intégrer une entreprise spécialisée dans l’accompagnement : « Je n’ai pas du tout aimé le statut d’indépendant, car plus de 50% du temps était dédié au commercial, ce n’était pas ma vision du métier de coach. J’avais besoin d’un environnement de partage, d’un environnement collectif, d’échanges de bonnes pratiques et d’entraide. »

Géraldine a donc décidé de terminer sa reconversion de consultante mobilité en Ile-de-France en passant une certification en Gestion de carrière, afin de pouvoir adresser les enjeux de reconversion, dans le but d’intégrer une entreprise spécialisée dans l’accompagnement et le coaching de mobilité professionnelle. Au travers de ces recherches sur les experts de ce métier, elle a découvert Alixio Mobilité « je me suis dit : c’est dans une boîte comme ça que je dois être ! ». Puis par un hasard total, elle a fait la connaissance de deux collaborateurs de notre entreprise qui ont définitivement convaincus Géraldine de nous rejoindre en janvier 2019 !

Après 3 semaines de formations intensives sur les particularités de l’accompagnement dans le cadre des mesures définies par les contextes de PDV, PSE, RCC, etc, Géraldine a intégré l’équipe Ile-de-France.

« Quand j’ai intégré Alixio Mobilité en 2019, je me suis tout de suite dit : je suis enfin à ma place, j’ai fait le bon choix de reconversion et je peux enfin le dire. Parce que la reconversion c’est un vrai pari…et aujourd’hui je partage beaucoup cette vision avec les candidats que j’accompagne parce que je sais ce qu’ils traversent. »

S’il fallait ne retenir qu’un seul accompagnement marquant ?

Depuis 3 ans, suite à sa reconversion en consultante mobilité en Ile-de-France, Géraldine accompagne les salariés de nos clients dans des secteurs très différents, des profils qui peuvent avoir des métiers très variés et même des statuts divers, mais à chaque fois son objectif reste le même : délivrer une énergie positive aux collaborateurs accompagnés, être dans la valorisation, dans le regard inconditionnellement positif, tout en étant pragmatique et rassurante dans le cadrage du plan d’action. « Il faut avoir nous-même confiance pour gagner leur confiance. Lorsque les personnes sont dans un cadre de confiance notre travail ensemble est plus efficace. »

« Je me souviens d’une candidate qui avait un gros manque de confiance en elle. Je l’ai rencontré dans le cadre d’un PSE dans son entreprise, a 55 ans elle vivait mal cette situation, car il est vrai que les profils « seniors » sont plus complexes à repositionner et elle en était bien consciente… elle pensait que nous n’arriverions à rien. Nous avons travaillé sur son projet professionnel et sur tous les outils de sa recherche, elle a planté plusieurs graines sans qu’aucune ne prenne. Un frein persistait dans son discours, elle minimisait ses compétences, son expertise, et cela se percevait dans son discours. Nous avons beaucoup travaillé sur son « personnal branding », c’est une vision du marketing et de la communication de mon ancienne vie qui me sert beaucoup pour guider les candidats aujourd’hui. Une fois ce travail de discours réalisé et son problème de confiance en elle dissipé, elle a réussi à accepter la situation qu’elle vivait, et d’un coup, une des graines semée 5 mois plus tôt avait éclos ! Aujourd’hui elle a retrouvé un poste certes, mais pas un simple poste, elle dit elle-même que c’est « le poste de sa vie », une opportunité qu’elle n’aurait jamais imaginé avoir…! »

Voilà le genre d’accompagnement qui nourrit la vision résolument positive de Géraldine et qui montre aussi le point d’équilibre essentiel de son métier :  » peu importe mon état émotionnel du jour, chaque jour je dois pouvoir régénérer mon énergie, car je veux la transmettre aux autres pour pouvoir accompagner des personnes qui traversent une zone de turbulences et qui ont besoin d’un appui. Ces turbulences-là, je ne dois pas les amener à la maison, car la maison est le lieu qui me permet de me régénérer. »

Et pour imager cette philosophie empathique, Géraldine à l’habitude de dire qu’elle se met dans les baskets des autres, mais sans en prendre les ampoules !

De la communication à une reconversion de consultante mobilité en Ile-de-France : un métier différent, une réflexion proche

Avec 15 ans d’expertise en communication, où elle s’est appliquée à faire connaître, faire apprécier et développer les marques pour lesquelles elle travaillait, Géraldine est devenue experte dans les sujets de valorisation, de mise en lumière, dans l’art du discours et de la vente. Bien qu’en reconversion dans un univers tout à fait différent et uniquement centré sur l’humain, elle continue de pouvoir tirer profit de sa carrière précédente pour aider les collaborateurs dans leur communication pour qu’ils puissent se vendre avec des outils et des techniques qui ont fait leurs preuves dans d’autres domaines. « Mes compétences antérieures se retrouvent dans la mise en valeur des profils, le travail du discours pour se vendre, la mise en forme des outils comme le CV… Ce double regard consultante/communicante est un atout ».

Créer son entreprise : quand le rêve devient réalité

Créer son entreprise : quand le rêve devient réalité

Après 15 années en tant que responsable clientèle en agences de communication, puis 13 ans en tant que déléguée médicale au sein d’un laboratoire français, Sandrine a profité de mesures d’accompagnement GPEC mises en place par son employeur, pour suivre son rêve et créer son épicerie fine en Île-de-France.

Sandrine

De déléguée médicale
à gérante d’une épicerie fine

L’entrepreneuriat demande beaucoup de travail, mais c’est un challenge qui vaut le détour.

Une envie d’entreprendre depuis de nombreuses années

Durant les 15 premières années de sa carrière, Sandrine a exercé le métier de responsable clientèle au sein de différentes agences de communication. Au fil des années, son poste a évolué et elle a dû délaisser son « dada », la relation clientèle, au profit de l’ordinateur et de journées au bureau. En 2007, elle a donc décidé de se reconvertir pour un métier tourné vers l’humain : elle est devenue déléguée médicale. Durant 13 ans, Sandrine s’est épanouie dans ce travail, qui lui a permis de se sentir utile, et d’avoir un quotidien professionnel basé sur les relations humaines. Mais, durant toutes ces années, elle avait l’envie de réaliser un projet entrepreneurial et de créer une épicerie fine. Lorsque son employeur a mis en place des mesures d’accompagnement GPEC, Sandrine a saisi cette opportunité pour se lancer dans la réalisation de son rêve de longue date.

« La décision n’a pas été facile à prendre, car il y avait une grosse prise de risques. Mais j’avais ce rêve en tête depuis de nombreuses années et tous les critères étaient réunis pour que j’ose me lancer : grâce à ma situation personnelle stable, combinée à l’accompagnement d’Alixio Mobilité et aux aides fournies par mon employeur, je pouvais me lancer plus sereinement » explique notre nouvelle entrepreneuse.

Créer une entreprise en accord avec ses valeurs

Son goût pour la gastronomie, la France et les produits du terroir, ont naturellement donné envie à Sandrine de créer une épicerie fine. Surtout que, depuis qu’elle est enfant, elle a beaucoup de respect et d’admiration pour les producteurs et artisans français. « Le fait de vouloir faire découvrir des produits artisanaux me vient aussi de ma mère qui était maraîchère. Enfant, je l’aidais beaucoup et je vendais les fraises le soir après l’école. J’ai toujours eu cette envie de valoriser le travail des producteurs. Ce métier demande beaucoup d’énergie pour un travail qui n’est pas toujours reconnu à sa juste valeur. Par le biais de mon épicerie fine, je peux aider les producteurs et artisans en valorisant leurs produits, et en les déchargeant des contraintes de la vente, pour qu’ils puissent se consacrer à la production » nous raconte Sandrine.

Notre créatrice d’entreprise a donc choisi d’ouvrir une épicerie fine avec des produits artisanaux et de terroir 100% français, vendus exclusivement en circuit court (seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur). « Le circuit court me permet de mieux connaître mes producteurs et de mieux les rémunérer que la vente par d’autres circuits » ajoute Sandrine.

Alixio Mobilité, un accompagnement utile pour la réussite de ce projet

Dans le cadre de sa création d’entreprise, Sandrine a été accompagnée par Pierre Fournier, consultant en création d’entreprise chez Alixio Mobilité Île-de-France. « Mon conseiller m’a fournie un accompagnement de grande qualité. Il a été de très bons conseils et m’a notamment conseillée sur les formations et ateliers à suivre pour mener à bien ma création d’entreprise. Nous faisions également des points réguliers pour suivre l’avancement de mon projet professionnel. Par ailleurs, Alixio Mobilité m’a mise en relation avec une de mes anciennes collègues qui avaient le même projet que moi. Nous ouvrons toutes les deux notre boutique cette semaine et avons décidé de travailler ensemble pour limiter les coûts (mutualisation des commandes…). De plus, nous nous soutenons moralement et c’est très rassurant de se sentir comprise et épaulée. C’est une très belle relation qui a été possible grâce à Alixio Mobilité » précise notre entrepreneuse.

Quand le rêve devient réalité…

Une fois son projet muri et ses formations réalisées, Sandrine a créé sa SAS dont elle est présidente. Elle a rencontré de nombreux producteurs et a choisi de travailler avec une cinquantaine d’entre eux pour son approvisionnement. En parallèle, elle a cherché un local, créé son site internet, et a déjà pu réaliser quelques ventes ambulantes avant même d’avoir ouvert sa boutique physique.

Aujourd’hui, tout est prêt et Sandrine se lance dans le grand bain de la vente en ouvrant sa boutique physique. « Pour le moment, je suis toute seule à travailler dans mon entreprise. Ma famille et mon entourage me soutiennent énormément, et c’est essentiel. Début janvier, je chercherai à recruter une personne pour m’aider à la boutique » explique notre chef d’entreprise.

Quelques conseils pour un candidat qui souhaite créer son entreprise ?

Je vais prendre mon exemple : restez motivé, ne vous découragez pas face aux obstacles, et veillez à bien vous entourer. N’hésitez pas à chercher un maximum de partenaires, et ne craignez pas de vous faire connaitre, notamment vis-à-vis de la concurrence. L’important est de communiquer et de ne pas hésiter à s’accrocher malgré les difficultés rencontrées.

Également, pensez à vous remettre en question et à ajuster votre projet au fil du temps. Dans cette aventure, on apprend tous les jours, et il est essentiel de prendre en compte tous les éléments extérieurs pour ne pas foncer tête baissée.

Persévérance, motivation, énergie : ces 3 attitudes sont nécessaires pour arriver à la satisfaction de voir son projet aboutir. C’est ce que je suis en train de vivre aujourd’hui. Créer son entreprise demande énormément de travail et de temps. Je n’imaginais pas par exemple l’ampleur des contraintes sanitaires et surtout le travail que cela demanderait au quotidien de proposer des produits frais et de la restauration sur place. Il faut rester prudent et mettre les choses en place progressivement. Mais le jeu en vaut la chandelle. L’entrepreneuriat est un beau challenge et je suis très satisfaite de mon projet.

Candidate accompagnée et conseillée par Pierre Fournier, Consultant en création d’entreprise chez Alixio Mobilité Île-de-France.